mardi 1 juillet 2014

Le plus beau de tous les tangos

Quel rapport avec le tango, me direz-vous ?
Aucun, mais je peux peut-être récupérer quelques fans de Tino Rossi.

vendredi 27 juin 2014

Pif, Vaillant et quelques camarades


Camarades Pifophiles, vous pouvez participer sur TOUSCOPROD au financement du film documentaire de Jean-Luc Muller sur la saga Pif Gadget !
Le film est déjà financé à hauteur de 7000 € mais plus il y aura de sous, plus il sera chouette !
La bande annonce visible sur le site vous donnera un aperçu et il y a là aussi toutes les explications concernant les contreparties de votre participation.
Bien sûr, il faut s'inscrire, mais c'est très simple et rapide.
Il reste encore une quarantaine de jours pour soutenir ce projet, faites passer le message aux Pifophiles  !

jeudi 26 juin 2014

Coupe du monde de superstition



C'est bizarre, mais je préfère de loin la barbe de Pirlo à celle de Benzema.
Pourquoi ? 
Parce que celle du vieux Andréa Pirlo n'est pas susceptible d'être religieuse, la barbe de Pirlo c'est juste une barbe de barbu, une pilosité d'Italien viril ( mais correct ! ), je n'ai jamais vu Pirlo regarder vers le ciel l'index levé pour remercier dieu, (qui n'existe pas), de lui faire marquer des buts.
Si le dieu de tous ces crétins n'a pas de meilleure occupation que de marquer des buts, ça explique bien des choses.
Je ne sais pas si dieu est partout, en tous cas, il n'est jamais là quand on a besoin de lui pour changer une roue ou monter une étagère Ikéa, et il flotterait mollement au dessus des stades pour filer un coup de main aux pieds des pousse-citrouilles  ?
Belle mentalité.
La coupe du monde 2014 est vachement bien. 
D'abord, les italiens sont éliminés, ( même si ça me fait de la peine pour Pirlo qui est mon joueur préféré ! ), et ensuite, il y a plein de buts marqués par dieu et aussi par quelques mécréants, heureusement !
Les buts marqués par dieu, en bonne logique, ils ne devraient compter que pour des demi-buts, non ?
Et puis, il y a des joueurs marrants, comme celui qui a mordu un italien ou le belge qui a une coupe de cheveux des années 70, genre boule afro ou les supporters suisses qui ont des chapeaux en forme de fromage emmental…
Non, ce qui est en train de me gâcher la compétition, ce sont ces foutus signes extérieurs de superstition.
J'avais plutôt de la sympathie pour l'équipe d'Algérie jusqu'à ce qu'elle marque le premier but face à la Belgique et que quatre joueurs viennent faire le salut hitlérien près du poteau de corner.
Non, je déconne, ils se sont juste accroupis pour manger un peu d'herbe, c'est moins grave que le salut hitlérien, pas vrai ? 



mardi 24 juin 2014

Youpi !


Youpi ! Y a plus personne qui vient ici, j'vais pouvoir faire d'la poésie !
J'vais pouvoir faire n'importe quoi, comme si que j'étais chez moi ! 
Quand que c'est l'été tout le monde s'en va à la coupe du monde ou dans des pays ou au bord de l'amer etc...
Les gens cessent de regarder leurs zordinateurs au lieu de travailler, les gens mettent des jupes et sentent sous les bras, c'est l'été !
Ou bien, je vais en profiter pour tout détruire.
j'ai vu qu'il y avait un bouton sur lequel on peut cliquer et hop, tout disparaît ! Plus de blog, plus que du blanc avec un message pour dire qu'ici il y avait quelque chose mais que ça n'existe plus.
Trop cool !
D'après Alain Juppé, ( ma deuxième idole après Raymond Barre ), ça s'appelle la "tentation de Venise". Partir, disparaître, s'évaporer, s'éparpiller façon puzzle...
À part Jospin, il n'y a personne qui semble être capable de ça.
peut-être qu'il faut plus d'orgueil pour disparaître que pour rester ?

Les mots clés pour arriver sur ce blog. C'est de la poésie pure, je ne m'en lasse pas. 

mercredi 11 juin 2014

Rigolo comme un philosophe nihiliste

En ce moment, même si ça n'est pas ce que je devrais faire, je range tout.
J'ouvre les tiroirs, je déplie les vieilles chemises en carton pour voir ce qu'il y a dedans, j'archive, je classe, j'étiquette...
Je fais aussi le ménage dans les fichiers informatiques, je crée des blogs sur lesquels je vais ranger tout ça pour que ce soit plus simple à retrouver.
C'est super flippant, ça veut peut-être dire que la fin est proche.
Cette manie du rangement et le fait que j'étais en train de lire "La tentation d'exister" de Cioran, je me suis demandé si je ne filais pas un mauvais coton, genre la maturité qui vient à point à qui sait attendre...
Et puis, je suis tombé sur ce petit gribouillis oublié sur un coin de feuille qui m'a beaucoup fait rire.
Ce n'est pas que je sois particulièrement bon public avec moi même, c'est qu'il est tellement con qu'il en est devenu drôle, ( un peu comme Jean-François Copé ! )
Je ne sais pas de quand il date, c'est un tout petit crayonné de rien du tout, je l'ai agrandi et mis en couleurs et le voilà, magnifique, splendide, chapelle-sixtinien !
J'ai lu aussi "métaphysique de l'amour, métaphysique de la mort" de Schopenhauer, il me semble que ça a dû vaguement m'influencer pour ce dessin.


Aux sombres héros de l'amer



Grande nouvelle, deux auteurs de BD arrêtent.

Ils ne font plus de BD, c'est terminé, c'est trop dur, le métier est trop difficile.
Vous n'avez pas eu l'info ?
C'est parce que vous ne faites pas partie du petit monde de la BD qui se regarde le nombril.
Des auteurs qui arrêtent, il y en a tout le temps, je ne sais pas pourquoi ces deux là sont plus intéressants que les autres.
Peut-être parce que d'après l'article de Rue89," Les auteurs de BD se cachent pour mourir", ces auteurs sont "estimés par leurs pairs et la critique", ( j'ai entendu dans un coin de mon cerveau reptilien, l'écho de la voix du Professeur Choron dire "Qu'ils crèvent !" ).
Ah, voilà, d'accord !
Moi, quand je me cacherai, mais pas pour mourir sur sur Rue89, tout le monde n'en aura rien à foutre parce que je ne suis pas estimé par mes pairs et la critique. 
Du coup, ce sera encore plus triste et sordide comme histoire.
Si ça se trouve, un bon scénariste,( un qui est estimé par la critique et ses pépères ), se dira "tiens, ça pourrait faire un triptyque intéressant, je vais demander à Dargraud de me trouver un bon dessinateur, un qui est estimé par les critikacouatiques et leurs paires et en route vers les prix œcuméniques et Angoumoisins !"

Que la vie d'auteur de BD soit difficile et qu'il faille se battre pour essayer d'améliorer les choses, c'est un fait, mais le combat ça se mène debout, pas à genoux dans ses larmes.
Ces artistes qui n'aspirent qu'à la normalité me donne moins envie de pleurer que de vomir. 
À quel moment, la vie d'artiste a t-elle été synonyme de stabilité et de banalité ?
Vous faites injure à tous les créateurs morts dans la misère que compte l'histoire de l'art.
La seule noblesse de l'artiste c'est justement qu'il est incapable d'être autre chose,( Jamais l'artiste ne sera un président normal! )
Si toute la force de conviction qui est en vous pour exercer votre art se résume à gagner votre vie normalement, vous faites bien d'arrêter, mais par pitié, n'essayez pas de faire pleurer dans les chaumières.
Personne n'en a rien à foutre que vous cessiez de "faire de la BD" comment est-il possible que vous ne l'ayez pas compris ?

Alors s'indigner ou se résigner ?
La mode est à l'indignation factice et à la résignation larmoyante.

Ce que vous voulez, c'est faire partie du petit nombre d'élus qui rencontrent le "grand public", le succès et gagnent assez d'argent pour devenir de bons bourgeois suffisants.

Si ce miracle des miracles était arrivé, on ne vous entendrait pas pleurnicher sur les difficultés du "métier". 
Vous vous pavaneriez de festivals en festivals avec cet air satisfait du crétin légitimé par le succès.

Ah mais bon sang ! Qu'est-ce que je raconte ?

Ces deux auteurs ne sont pas des pégreleux aigris, ce sont des cadors estimés par la profession et ses pairs ! ( qui ont connu les affres du succès public qui plus est ).
C'est pour cela que leur "double annonce a un fort retentissement", et que d'aucuns trouveront dans leur geste un certain courage.
Ma "lettre ouverte" pleine de fiel n'est qu'un pet de lapin dans cet ouragan de compassion qui va déferler sur la profession !
Pour couronner le tout, ce sont certainement deux gars très sympathiques avec des tas d'amis et de lecteurs, tout le contraire de moi.

Oubliez tout,les mecs, j'ai réagis un peu impulsivement. 
Votre légitime mal-être en étendard, portez haut les couleurs de notre noble art dans d'autres secteurs d'activités plus rémunérateurs. 
Bon vent à vous deux, chers confrères que je n'ose appeler camarades.





mardi 10 juin 2014

Le fléau de l'absentéisme



Quelquefois, je ne suis pas là. Je ne sais pas si c'est commun aux communs des mortels, vu que je n'ai l'expérience que de moi, mais j'imagine que nous avons tous ces moments d'absences. On se retrouve soudain prisonnier d'une discussion dont le sens nous échappe, un simple hochement de tête faussement attentif permet de donner le change, mais si on sent qu'on va se faire poisser, le mieux, c'est encore de s'évanouir.
C'est ce que faisaient les belles dames du temps jadis quand un soupirant devenait pénible. Hop ! un petit coup de pâmoison et le tour était joué.
Dommage que cette pratique de l'évanouissement se soit perdue, ça m'aurait amusé de tomber en pâmoison...Bon, d'accord, rien ne m'en empêche, mais je ne suis pas certain qu'il y aurait quelqu'un pour me rattraper !