mercredi 11 janvier 2017

vendredi 23 décembre 2016

Batman / Zorro


Hier, avec ma fille, on se demandait quel était notre super héros préféré, j’ai finalement opté pour Batman, certainement parce c’est celui qui ressemble le plus à Zorro.
Un jeune mec riche de la haute bourgeoisie qui joue les benêts le jour pour courir sur les toits la nuit vêtu d’un costume noir, d’un masque et d’une cape. Tornado le super cheval ou la Batmobile, c’est un peu la même chose, sans parler du fidèle domestique et de la cave secrète. Il y a les mêmes ingrédients dans Batman et dans Zorro.
Le combat de Zorro est plus intéressant car il ne lutte pas contre la pègre, mais contre l’injustice d’état. Zorro, c’est la lutte des classes, il est plus subversif.
Mais bon, c’est quand même la classe de s’habiller en chauve souris pour combattre le crime organisé !

samedi 10 décembre 2016

Cinoche...



J'adore quand, dans les films, les extraterrestres viennent poser leur grosses savonnettes en lévitation sur Terre, ou des soucoupes ou n'importe quel truc plein de petits bidules collés dessus comme dans les films de Spielberg. 
Je suis donc allé voir hier, à la séance de 19h ( parce que c'est en VO ), "Premier contact".
On a de la chance maintenant d'avoir à Auch un beau cinéma avec de bons fauteuils et de grands écrans, qui en plus, propose les films en version originale. Les bons fauteuils, c'est important, parce que quand c'est chiant tu peux mieux dormir. 
Normalement, beaucoup de gens devraient détester "Premier contact" et beaucoup d'autres faire semblant de l'aimer parce que c'est un film qui fait tout pour avoir l'air intelligent. 
Si, comme moi vous appréciez les films lents et que vous êtes assez bon public pour vous laisser porter par l'histoire, ça vous plaira parce que c'est très bien fait et que ça propose autre chose que ce à quoi on s'attend quand les aliens débarquent dans un film américain. Amateurs de courses en bagnoles de combats et d'explosions, choisissez un cinéma avec de bons fauteuils.


Issur Danielovitch né le 9 décembre 1916


Aujourd'hui, Kirk Douglas est toujours vivant, ça change !

vendredi 9 décembre 2016

Pffff...


N'oubliez pas qu'il ne faut respirer que les jours pairs et impairs, c'est vital. 
Bientôt plus d'air, faites des stocks. Ma grand-mère elle avait toujours du sucre et de la farine pour si les allemands revenaient.





lundi 5 décembre 2016

Le Biscoto numéro 44 de décembre 2016 !


Tout beau tout chaud, le nouveau BISCOTO de décembre, le thème du mois : "spécial rennes des neiges" !
De la neige, réchauffement climatique oblige, il y en a de moins en moins, mais on fait semblant que tout va bien et c'est toujours mieux qu'un spécial "rennes de la boue" !

Le site du journal a fait peau neuve, on y trouve toutes les informations et offres exceptionnelles d'abonnement, achat au numéro etc...Et pour ceux qui aiment ce genre de trucs, il y a un petit portrait présentation de tous les êtres humains qui participent à l'aventure du beau journal BISCOTO.
Et toujours tous les mois, le strip de Lily et GHCC, mine de rien ça fait presque deux ans !








samedi 3 décembre 2016

Ce matin un lapin...


Ils ne sont heureusement pas tous comme ça, mais j'ai croisé un type l'autre jour au pif allumé comme un lampion de carnaval, qui avait l'air de chercher son chien pour pouvoir retrouver la voiture. Je pense que le chien se planquait afin de ne pas être pris pour un lapin.
Un voisin chasseur m'a conseillé de porter un gilet fluo pour me promener, ça devrait être obligatoire, qu'il disait et aussi que je dois faire attention aux sangliers parce que c'est vraiment méchant !
Ça fait 20 ans que je me promène dans cette campagne et je continue à avoir plus peur des mecs armés que des sangliers méchants.

vendredi 2 décembre 2016

Quelques mots d’amour sur la mise en scène de soi-même

Sur FB ou les blogs, pour les dessinateurs, il y a bien sûr un petit côté “regardez mon caca comme il est bien moulé”, mais c’est aussi une façon simple et sans prétention de montrer des choses, de partager des idées, d’échanger en somme. 

Voir les dessins personnels d’artistes qu’on aime bien, découvrir des petites choses qui ne seront jamais publiées, se rendre compte qu’on partage une certaine vision du monde, tout cela me semble plutôt sympathique.

C’est aussi un extraordinaire révélateur de la personnalité qui en dit long, en filigrane, sur celui ou celle qui est derrière la souris.

Je me régale aussi des commentaires, parfois plus intéressants d’un point de vue sociologique que la chose qu’ils commentent.

Facebook est un support qui convient très bien à l’expression d’une écriture graphique et j’y suis venu essentiellement pour pouvoir suivre les publications de deux dessinateurs, Laurent Lolmède et François Matton. 

Leur activité sur Internet est comme un livre ouvert très généreux sur leur travail et ça ne m’empêche pas d’acheter leurs ouvrages parce que le livre, ça reste beaucoup mieux que l’écran. Bien sûr j’ai découvert du coup d’autres auteurs.

Donc, ce nouveau jeu social serait plutôt positif, s’il n’y avait pas l’insupportable promotion de soi des petits génies fiers de leurs cacas :” Mon livre qui sort”, “mon livre comme il est beau”, “ma dédicaces qu’elle est tel jour”, “la chronique de mon bouquin par le journal Trucmuche”, celle “par le copain Machin qui adore ce que je chie” et je passe sur les “ex-libris qu’il y en a pas beaucoup” et autres “festivals épatants à ne pas rater parce que j’y serai” ou “prix à la con que vient de recevoir mon beau caca”.

Oui, bien sûr, c’est normal, ça fait partie du lien avec MES lecteurs me rétorqueront les petits génies en question, mais je m’en branle du lien avec leurs lecteurs s’ils ne sont pas capables de faire ça avec un minimum de délicatesse et de parcimonie. Voire de ne pas le faire du tout.

Car tout est dans la manière. 

Avec certains, on est content d’avoir l’information, avec d’autres la promotion exaspérante de leur caca est tellement évidente qu’on a envie de tirer la chasse.

Tout ça est d’autant plus narcissique que la vie d’un livre et son succès public ne dépendent évidemment pas de cette ridicule auto-promotion, du moins pour les auteurs qui publient dans le circuit traditionnel. 

C’est bien sûr différent dans le cas des petites productions marginales, mais celles-ci font généralement l’objet d’une mise en avant décontractée et sympathique.

Il est vrai que je ne suis pas objectif, car mes goûts me portent de plus en plus loin de la production des albums de ces petits génies narcissiques, les belles couvertures “bien dessinées” de leurs “beaux albums” ont souvent sur moi un effet répulsif. 

Voir s’étaler leur onanisme à chaque fois qu’il pondent un nouveau chef-d’œuvre est donc la cerise sur le gâteau graphique, ( dégoulinant de satisfaction ), qu’ils offrent au monde des arts reconnaissant. 

Ça m’agace sans doute d’autant plus que je ne fais pas partie de LEURS lecteurs nombreux et idolâtres, j’ai cependant eu “l’immense honneur” de les croiser jadis dans quelques festivals et j’ai dû souvent me retenir pour ne pas vomir.

Tout ça pour dire que ces Auteurs avec un grand H, vont finir par me faire aimer les vidéos de chatons.

Sur ce, une page de publicité, ( c'est la dernière fois que je peux m'en servir ! )