vendredi 15 septembre 2017

Biscoto de rentrée...


"L'enfer du jeu", c'était le thème du Biscoto n° 51 de l'été


"Les potes" celui du numéro 52 de rentrée


En bonus, le film le plus rapide du monde 
(réalisé par Lily et Georges Henri Coin-Coin)

mardi 12 septembre 2017

jeudi 27 avril 2017

Brèves de coins de pages...



C'est une publicité pour les "viandes racées" qui passe à la radio. Comme je n'ai pas l'habitude de la pub, et que mon inconscient doit être très sensible à l'air du temps, j'ai entendu "viandes racistes".

mercredi 26 avril 2017

Le nouveau slogan de l'entre deux...



Pour en finir avec moi-même



La grande réussite du quinquennat de François Hollande et de celui de Sarkozy, c’est d’être parvenu à faire en sorte que même contre la menace du FN la majorité des français ne soient plus en mesure de s’unir.
Ce n’était déjà pas facile de comprendre pourquoi des gens qu’on estime et qui sont intelligents ne partagent pas notre vision des choses en matière de politique, voilà qu’on nous enlève le petit dénominateur commun qui nous permettait d’être enfin d’accord sur un truc. 
Ce n’est pas que j’avais furieusement envie d’être d’accord avec mon beau-père, mais bon, j’ai voté Chirac, ça nous faisait un point commun. ( En réalité, mon beau-père est anglais, il n’a pas voté Chirac mais Thatcher, mais c’est pour donner un exemple ).

Je dois dire que de voter à droite a complètement changé ma vie.
Dés le lendemain de l’élection de 2002, j’ai licencié mes employés et j’ai délocalisé ma production de chiure de gomme en Syldavie où la main d’œuvre, en plus de porter d’élégantes moustaches, ne coûte pratiquement rien. 
Bizarrement, les effets de la droiture se sont rapidement dissipés et je suis retourné à mon état premier, celui d’indécrottable utopiste écologiste ( le dernier échelon dans l’ordre des vertébrés avant l’amibe ).

En vieillissant, j’ai fini par comprendre que tout ce cirque électoral n’aboutirait pas à grand chose de positif, mais malgré les conseils de quelques sages personnes déjà revenues de tout, je continuais, de scrutin en scrutin, telle sœur Anne, à ne rien voir verdir mais à continuer à scruter et à voter. derniers réflexes pavloviens, hommages à une démocratie frelatée.
Il y a un côté reposant à avoir perdu ses illusions.
C’est la raison pour laquelle, bien que partageant beaucoup de choses avec les “insoumis”, je n’ai pas réussi à partager leur enthousiasme débridé et puis je suis un solitaire, les rassemblements d’humains me font peur.
Je crois que la majorité des français, si elle avait à choisir au second tour entre Macron et Mélenchon voterait avec frénésie pour le banquier propret et zozotant ( Mon dieu, ( qui n’existe pas ), donnez lui la parole, qu’on ne se fade pas pendant cinq ans ces ânonnements qui promettent d’être aussi insipides que les discours de François Hollande ! )

En votant pour Mélenchon, j’espérais néanmoins qu’il passe devant les sourcils de Fillon et la moustache de La Le Pen. 
Je rêvais d’un débat du second tour entre le bébé rose et le Mélenchéros à coups sûr divertissant, mais je ne me faisais pas d’illusions sur l’issue finale.
Peut-être avais-je tort. Je me rends compte de l’espoir qui habitait mes amis “insoumis”et je prends leur déception dans la figure.
Trop de recul tue le recul disait Lao Tseu, ( à moins que ce ne soit Placid et Muzo ).
Alors, c’est vrai, c’est plus facile pour moi qui n’y croyait pas, de faire barrage au FN comme un bon petit électeur manipulé par les organisateurs du chaos.
Mais la tentation de ne pas le faire est grande et c’est cela qui est grave. Si même les gentils amibes écologistes sont dégoûtées, qui restera-t-il pour faire un barrage pacifique contre ? ( hommage discret à Marguerite Duras )
C’est pourquoi, mes chers concitoyennes et toyens, j’ai décidé de me constituer en république autonome et de demander l’indépendance de mon jardin, de ma maison et de la cabane de ma fille dés que le prochain gouvernement fantoche de la France sera nommé. 
J'en aurais donc bientôt terminé avec ces tergiversations oiseuses sur le fascisme et l'utilité des fronts républicains pourris ou non, populistes et national !