jeudi 23 juillet 2020

Un dur un vrai, un tatoué !


J'aime toujours pas les tatouages. Si t'es tatoué et que t'es pas un bagnard ou un pirate, c'est ridicule. 
Quelques exceptions trouvent grâce à mes yeux d'esthète (de lard): les très beaux tatouages japonais, mais la plupart du temps, c'est une catastrophe picturale. 
Cette mode est bien représentative de cette époque de merde. 
Bien sûr, chacun fait ce qu'il veut de sa peau mais cette frénésie du tatoo me fait de la peine quand je vois une jolie fille avec un Pikachu sur la cuisse. 
Par contre, les blaireaux bedonnants aux tatouages Maoris me font toujours rire.


lundi 1 juin 2020

for my American visitors

Je ne sais pas ce qui se passe, mais je viens de regarder les statistiques du blog et étrangement une majorité de visiteurs sont sur le continent américain !
C'est peut-être un robot qui fait ça automatiquement, ou le FBI qui surveille Mr Popo ou des francophones désespérés... Enfin, peu importe, ça me donne l'occasion de traduire plus ou moins correctement quelques strips !






vendredi 29 mai 2020

Impressions au soleil toussant.



C’est beau de voir comment une simple annonce de punition levée, (C’est bon les enfants, Papa n’est plus fâché, vous pouvez retourner jouer à “l’art de vivre à la Française !”)…est suffisante pour que les médias, qui n’avaient rien d’autre à se mettre sous le micro que le virus, la mort, la trouille et la couillonnade du “plus jamais rien ne sera comme avant”, se lancent frénétiquement dans le mode estival-vacance-j’oublie tout.
Mais pas les gestes barrières, distances de sécurités et tout le tremblement suscité par la grande pétoche, il faut tout de même être un peu flippant.

C’est pas la peine de s’exciter sur le monde d’après la crise, parce qu’il n’y aura pas de monde d’après et pas non plus de fin de la crise jusqu’à la fin de l’Homme qui pose des noms sur les choses.

La crise est un état permanent depuis l’aube de l’Humanité et peut-être même avant, mais on appelait pas ça comme ça.

Le virus risque bien de ne pas passer un été caniculaire, il reviendra peut-être, ou peut-être qu’une autre merde virale nous tombera sur le coin de la gueule, (mais pensez quand même à réserver vos vols long-courrier pour les vacances, on ne sait jamais, entre deux apocalypses il y aura peut-être un créneau et des prix avantageux). 

Continuez de consommer, personne n’a autre chose à vous proposer.

On aura rien appris de cette “crise sanitaire et sociale” si ce n’est que des ordres fermes, une police répressive et la peur fondée ou non d’un truc bizarre, qu’on ne voit pas et qui se transmet à vue de nez, de bouches à oreilles (et aussi par les yeux si vous regardez la télévision), permettent de claquemurer toute une population.

C'est bon à savoir.


mardi 19 mai 2020

Mon lapin



Apt Vaucluse : 135€ d'amende pour avoir promené un lapin en laisse

Confinement pétages de plombs et autres faits très divers :