lundi 20 février 2012

Y a pas comme une odeur ?

Y a pas comme une odeur ?
Le danger, avec les idées nauséabondes, c’est que ceux qui n’ont pas le nez très fin finissent par s’habituer à l’odeur.
Il arrive même qu’ils finissent par trouver que ça sent bon.
À la fin du siècle dernier, les gens avaient un petit peu honte de voter pour un truc qui pue, parce qu’ils sentaient bien que cette odeur-là gênait beaucoup de monde.
Ils n’étaient pas assez intelligents pour comprendre pourquoi c’était mal, mais ils étaient tout de même assez intuitifs pour percevoir que la réprobation des nez plus délicats avait des raisons profondes, historiques ou philosophiques et ça les complexait un petit peu.
Aujourd’hui, alors que les nez délicats, sous prétexte de tolérance, de démocratie ou de je ne sais quelle faribole, se pincent le pif pour ne pas sentir, les braves fascistes, les bons racistes, les gentils imbéciles qui sont nés par quelque part…Tous ces électeurs protestataires de mes deux, ont le sentiment qu’on peut discuter, que leurs idées qui chlinguent, ils peuvent les déballer sur la table, les étaler sur des tartines et qu’on va en manger tous ensemble sans vomir.
Ils trouvent qu’il ne serait pas juste qu’ils ne soient pas représentés, ils veulent leurs 500 signatures.
La représentation du peuple est légitime, il paraît.
Depuis quand ?
Il est représenté où le peuple et par qui ?
Même le gentil tout mou de François Bayrou trouve anormal que la représentante des idées qui puent ne puisse pas se représenter.

François Bayrou, dont l'initiative peut séduire certains électeurs, a confirmé, dimanche soir, ce que ouest-france.fr annonçait mercredi dernier : jugeant l'absence de Marine Le Pen dans la présidentielle « contraire au contrat démocratique français », le candidat centriste propose un « coup de pouce républicain » pour permettre à « tous les courants démocratiques » d'avoir leurs 500 signatures.
( Ouest France )
Tout ça ne sent pas très bon, mais c’est soi disant l’odeur de la démocratie.
Alors qu’en fait, la démocratie, on s’en tape !
Ce qu’il faut, c’est bien montrer qu’on est les plus forts, les plus nombreux, les plus raisonnables. Que ce sont les nez délicats, qui sont majoritaires et qu’on n’entend pas, sous couvert de « contrat démocratique français », respirer les flatulences de quelques uns qui ont bouffé des flageolets.
Oui, c’est ce qu’il faudrait.
Sauf qu’il y en a qui pensent qu’on peut rassembler le franchouillard qui voudrait pouvoir continuer à consommer tranquillement avec son pouvoir d’achat qu’on va lui promettre qu’il va augmenter, et avoir en prime le pouvoir d’achier sur tout ce qui ne lui ressemble pas. 
J’ai toujours des difficultés à concevoir qu’un tel spécimen soit véritablement viable, mais bon, il paraît qu’il y en a grosso modo 20 % et qu'on en fabrique encore. 

C’est dans les vieilles marmites qu’on fait les meilleures soupes, les vieilles recettes de nos grands-mères Vichystes : une mesure de travail, une mesure de famille et une de patrie le tout à la sauce sauveur de la nation, capitaine à la barre dans la tempête, maréchal Nouvoilà !
C’est comme si on pouvait indéfiniment s’adresser au cerveau reptilien de la nation.
À l’heure où tout le monde se croit moderne parce qu’il claviotte toute la journée, ( du verbe claviotter, un néologisme dont je vous fais cadeau à ne pas confondre avec glaviotter, bien qu’il y ait une certaine parenté ! ), nous allons voir si la sauce « France forte » est encore au goût du jour.

Y a pas comme une odeur ?


4 commentaires:

A.DAN a dit…

Liberté, Egalité, Fraternité ... un concept désuet à l'éclairage de tes paroles mon ami. N'auront plus le droit d'y croire (j'allais dire y fantasmer) que les poètes qui même à 40 piges passés jouent aux playmobils ou pire dessinent des mickeys ;). C'est pas Brel qui disait dans une chanson que "Finalement finalement
Il nous fallut bien du talent
Pour être vieux sans être adultes"?. Les gens sont devenus vieux et adultes: la preuve, Alzheimer n'a jamais fait autant de dégâts, et ça a comme une odeur ...

Bernard a dit…

Quel mépris... Bravo. Vous vous sentez mieux ?

wens a dit…

Très drôle Bernard, j'aime beaucoup votre humour.

A.DAN a dit…

J'avoue: j'ai joui ...