mercredi 17 novembre 2010

Conte de Noël…


J’ai eu envie un jour d’une très belle veste en tweed. Je me suis offert un modèle  Johnstons scottish tweed de chez Bookster.
Voilà qui changeait radicalement mon style vestimentaire. Quand j’ai reçu la veste, j’étais ravi, mais il fallait se rendre à l’évidence, aucun de mes pantalons n’allait avec ce motif de tweed. J’ai acheté un élégant pantalon, ce qui m’a immédiatement conduit à investir dans une élégante paire de chaussure, un modèle de chez Harris.
Je n’imaginais même pas descendre dans cette tenue d’une Fiat Panda.
J’ai acheté une Jaguar.
Ce qui ne cadrait vraiment plus avec la Jaguar, c’était mon pavillon de banlieue, ça jurait atrocement quand je la garais devant.
Il me fut assez difficile d’acquérir le manoir en Écosse, mais grâce à quelques judicieux placements financiers, j’y parvins néanmoins.
C’est en emménageant, que je pris réellement conscience d’une chose : ma femme et mes enfants n’allaient pas non plus avec la veste en tweed.
Je divorçais donc, pour me remarier avec une jeune femme russe qui travaillait dans la mode et dont la silhouette longiligne s’accordait à merveille avec la carrosserie de la jaguar.
Quant aux enfants, nous les avons mangés.

2 commentaires:

wyzzak a dit…

Croustillant! Et d'actualité! Joyeux no hell! Yv'

elsa a dit…

Super drôle!
mais quand même : pauvres enfants !!!!:-D