lundi 18 février 2013

« J’ai envie d’avancer en allant de l’avant » Franck Ribéry


Comme j’essaie de préserver ma santé mentale en écoutant le moins possible les émissions sur la vie de la Terre, je réussis à ne plus être énervé que par le mauvais temps. C’est un signe de maturité, je trouve.
Je ne chope que des petites doses d’informations en voiture en conduisant ma fille jusqu’au car scolaire. 10 minutes pas plus allez retour, c’est largement suffisant pour se faire une idée de la tonalité médiatique de la journée.
C’est comme ça que je sais qu’il y a du cheval dans le bœuf et des chômeurs inflammables.
Il y a des pays où quand un chômeur se suicide ça déclenche une révolution, mais pas en France où l’on préfère aller faire du ski.
Personnellement, toutes ces histoires de viande et de grillades, ça me donne la nausée, je suis plutôt végétarien.
Mais, grâce à la radio que j’ai dans une voiture et que je n’ai pas encore compris comment on  programme les stations, je me suis retrouvé un jour de calvaire bloqué sur ra-idiot foot et j’ai vécu un grand moment d’angoisse, de solitude et je dois bien l’avouer, de pur bonheur malsain.
Les copains, si vous n’avez jamais entendu l’émission de Luis Fernandez sur RMC l’après midi, ( grosso modo ça doit être vers 17 h 30 ), trifouillez votre poste jusqu’à ce que le miracle se produise !
Croyez- moi, j’ai plutôt de la sympathie pour les gars qui n’ont pas fait d’études et qui essaient tout de même de parler. Rien n’est plus charmant qu’un analphabète balbutiant à la fin d’un match, dans un idiome inconnu.
En entendant ce jour-là, Luis Fernandez interviewer Franck Ribéry, j’ai eu le sentiment étrange de capter les ondes émises d’une autre planète.
Luis Fernandez, c’est un type qui a certainement plein de qualités (balle aux pieds ?), et je suis pour qu’on intègre les handicapés dans le monde du travail, mais qu’un type qui parle si mal français soit animateur de radio, c’est un peu comme si on choisissait un aveugle pour piloter un car scolaire.
Et d’un autre côté, c’est peut-être une forme de poésie sous-réaliste, un concept d’émission qui s’adresse uniquement au cerveau reptilien, une tentative de free-jazz verbal, des messages codés de la France Libre…
 











3 commentaires:

legoeland a dit…

ave le rugueby c'est un peu pareil sauf que le jeu est plus intéressant et surtout ave l'accent c'est tellement mieux. Le foot et le rugby c'est un peu comme les dames et les échecs même si la pelouse n'est pas à carreaux !

wens a dit…

Legoeland, je commence à me demander si ce n'est pas un drôle d'oiseau du Finistère...

legoéland a dit…

la perspicacité des ruraux du Gers profond n'est plus à démontrer !