samedi 10 janvier 2015

Mais bordel, où c’est que j’ai mis mon crayon ?

L’avalanche de dessins en hommage à Charlie de la part des dessinateurs est normale. 
On est dessinateur, on est touché, on dessine : Normal.
Le jour des assassins, je n’ai pas dessiné, j’ai pleuré. Le soir, j’ai quand même fait un dessin, mais il était moche, raté, merdique et comme n’importe quel imbécile, je l’ai mis sur mon blog pour faire quelque chose, en écrivant : “JE SUIS CHARLIE”.
C’était dérisoire, mais quoi faire d’autre à part rien ?
C’est quoi, “être Charlie” ?
Charlie Hebdo, la presse ne l’a pas suivi quand il a publié les caricatures du prophète. aujourd’hui, sous le coup de l’émotion tous les médias sont en NOIR et tous les dessinateurs y vont de leurs petit hommage en forme de crayon brisé par la barbarie.
Tous “sont Charlie”, mais aucun ne dessine une caricature de Mahomet avec un crayon dans le cul, ( si je peux me permettre cette image grotesque avec tout le respect que j’ai pour les crayons ).
Personne “n’est Charlie” à part Charlie Hebdo.
Et puis, c’est quoi cette façon d’envoyer ses dessins/hommages aux rédactions des grands journaux ?
Il y a un côté qui m’attriste dans cette communication m’as-tu-vu, ( en plus de la mièvrerie de la plupart des dessins ), c’est le ridicule du “je tweette donc je suis” et “regardez comme on est beaux”.
Peut-être “qu’être Charlie”, aujourd’hui, quand on est dessinateur, c’est ne plus dessiner. 
C’est montrer quelques temps ce qu’est la presse quand on tue les dessinateurs, c’est de ne laisser dessiner mercredi prochain que les membres de Charlie Hebdo, seuls, sans Cabu, sans Charb, sans Wolinski, sans Honoré, sans Tignous… Sans les bonnes âmes prêtes à reprendre un flambeau trop lourd pour leurs épaules.
Laisser dessiner ceux qui restent. Ceux qui sont vraiment Charlie.
Une semaine sans dessins nulle part sauf dans Charlie, ça aurait de la gueule. 
Et puis ça laisserait un peu de temps à tous les porte-crayons de la liberté d’expression, de fourbir leurs armes pour être plus inspirés que tout ce que j’ai vu jusqu’ici.
Bordel de dieu, ne pas donner le sentiment d’essayer de placer ses dessins médiocres sur les cendres encore chaudes de nos confrères.
Cela ne va pas être facile de remplacer Cabu, Wolinski, Charb, Honoré et Tignous.
Ils ont été abattus par des lâches, les “guerriers de l’islam” sont des couilles molles qui tirent sur des hommes désarmés assis autour d’une table et sur un policier à terre. Personne de sensé ne peut se reconnaître dans de tels crétins.
Pour les musulmans intelligents, il ne suffit plus de condamner mollement les actes terroristes, maintenant, il faut aussi agir. Il faut venir dans la rue manifester son indignation, il faut “être Charlie”avec les démocrates laïques, Athées, chrétiens, juifs, bouddhistes… ( on oublie toujours les bouddhistes sous prétexte qu’ils n’ont encore massacré personne ).
Il ne faut pas de rassemblements trop blancs dans les rues, il faut voir toutes les couleurs de la république française, sinon vous donnez raison à ceux qui n’ont besoin de vous que pour marquer des buts ou courir très vite.
Je peux comprendre que les musulmans intelligents aient peur de venir dans les rassemblements pour Charlie, pour les victimes des fous de dieu, pour la liberté d’expression, mais il faut à présent avoir le courage d’exister en tant que citoyen. Il est temps de choisir clairement entre la civilisation et la barbarie.
Je crois qu’on sera heureux de les voir parmi nous “être Charlie”.




3 commentaires:

Michel Loiseau a dit…

Bonjour,
Je n'ai pas eu la même réflexion que vous, j'ai dessiné des trucs. Je ne suis certainement ni Cabu ni Charb ni Honoré ni Tignous ni Wolinski ni personne d'autre. Je n'ai pas le talent, je n'ai pas l'entraînement, je n'ai pas l'intelligence. Bon.
Moi aussi j'ai été pris par une profonde tristesse et aussi par une immense colère, une colossale incompréhension. Je ne sais pas ce qu'il aurait fallu faire, ce qu'il convient de faire maintenant. Acheter Charlie alors que je ne le fais plus depuis des années ? Peut-être. Peut-être.

Après, là où je ne suis tout de même pas tout à fait d'accord avec vous, c'est lorsque vous laissez penser que hors ces dessinateurs on n'en trouve pas de bons. Qu'ils aient été parmi les meilleurs, ça ne fait aucun doute mais tout de même. Pour moi, et je ne parle pas pour moi, un dessinateur a pour "mission" de dessiner. Comme un écrivain écrit, comme un photographe photographie, comme un boucher bouche et un terroriste terrorise. Demander aux dessinateurs, bons ou mauvais, de ne pas s'exprimer (par solidarité ?), je ne suis pas certain du tout que ce soit si pertinent que ça.
Hier, de retour de la manifestation à Périgueux avec mon frère, nous sommes allés manger chez ma mère et, pour une fois, j'ai regardé la télé et l'émission sur tout ça. Il y avait des dessinateurs qui ont dessiné et j'ai trouvé cela très bien. Je n'ai pas eu le sentiment qu'ils piétinaient les cendres de qui que ce soit.

wens a dit…

Non, non, je n'ai pas demandé de ne pas dessiner, faire des hommages etc... Je ne demande rien à personne. je me posais simplement la question, ( sur le ton volontiers outrancier que j'emploie sur ce blog ), pour moi même et aussi devant la banalité des dessins que j'ai pu voir : un crayon cassé, une kalachnikov, un crayon cassé, une kalachnikov, des tours crayons, une kalachnikov...
Et ce par rapport à "l'esprit de Charlie Hebdo" qui est iconoclaste.
C'est une réflexion pas un mot d'ordre qui voudrait dire "ne dessinez pas pendant une semaine". Je n'ai pas de mot d'ordre à donner, que de toute façon personne ne suivrait, ( fort heureusement ! )
je ne voulais pas dire qu'il n'y a pas de bons dessinateurs hors les assassinés de Charlie, mais vous vous apercevrez vite que ce n'est pas facile d'être dessinateur de presse et que ceux-là étaient rompus à l'exercice, il faudra du temps pour retrouver le niveau de Cabu, Wolinski, Charb, Tignous et Honoré.
Merci pour ton commentaire camarade dessinateur.Continue à dessiner selon ton humeur, je ne crois pas que tu fasses partie de ceux qui ont envoyé leurs œuvres aux rédactions des journaux dés qu'ils avait éjaculé leur leur petit hommage morbide.

Michel Loiseau a dit…

Je comprends mieux. Au moins, j'ai réagi à ce que tu as écrit et ça m'a suffisamment mis en colère pour que je fasse un billet irrévérencieux.
Je me suis essayé il y a une quinzaine d'années au dessin de presse, sur le web. C'est un entraînement. Réagir vite, avoir un esprit vif, la main rapide. J'ai bien aimé.
Après, je suis peut-être trop tolérant. Je me dis que ce n'est pas si grave d'envoyer ses éjaculats à la presse. Et je te rejoins sur l'aspect un peu morbide de l'exercice même si, à mon sens, il ne faut pas faire des morts de Charlie des martyrs et des saints.