mercredi 14 septembre 2011

L'album

Une chose, qui n’est jamais banale pour un auteur, c’est de découvrir son livre imprimé. « La mort dans l’âme », le livre écrit par Sylvain Ricard et que j’ai dessiné, est en librairie le 15 septembre. C’est sur ce récit que j’ai travaillé ces deux dernières années.




Voilà, il est là, je le feuillette et je regarde si c’est bien imprimé, si le papier est bien choisi, si ce gros album de 128 pages à une bonne mine.
Je n’aurais jamais, en le lisant, l’impression du lecteur, impossible de découvrir son propre travail avec un œil neuf, objectif. Ceux qui nous ferons l’amitié de lire « La mort dans l’âme », nous dirons, peut-être, si le pari est réussi, si ce livre qui traite d’un sujet grave est intéressant.




Pendant ces deux ans, j’ai souvent rencontré une certaine incompréhension quand je parlais de ce bouquin.
Non, ce n’est pas une grande aventure pleine de rebondissements et de cascades, de filles nues et de paysages grandioses et il n’y a même pas d’extraterrestres.
Ça se passe dans un centre de soins palliatifs.
« Mais pourquoi tu fais pas plutôt un truc genre Titeuf ? »
Je trouve que j’ai de la chance, même si ce n’est pas toujours facile, d’être auteur de bandes dessinées aujourd’hui et qu’il y ait des éditeurs qui acceptent des projets comme celui-là.
« Oui, mais pourquoi tu fais pas plutôt un truc d’aventure ? »

Ah, mais ta gueule à la fin !




Une interview de Sylvain, le scénariste de "La mort dans l'âme", à lire ici  http://www.maxoe.com/rama/culture-dossiers/focus-livres/le-crepuscule-de-la-vie…-la-bd-sans-tabous/

3 commentaires:

A.DAN a dit…

Ô putaing! Plein de nouveaux posts depuis la rentrée scolaire! Fantastique! Attends un peu Wens et je vais te remplir tout ça vite fait d'un coup de cuillère à pot de nutella à tartiner non mais dès fois, et puis merde.

wens a dit…

Je me demandais où tu étais passé, toi !
Remarque, je t'ai retrouvé chez Laurent Galandon et j'en ai profité pour lui remplir ses commentaires.

A.DAN a dit…

Remarque, la nature a horreur du vide ... même si c'est pour la remplir de .. vide. Paradoxe? ;)